Fribourg

Fribourg ( prononciation française: [fʁibuʁ] ; arpitan : FRIBOURG / Friboua , prononcé [fʁibwa] ( écouter )  ) ou Freiburg ( Allemagne , ou Freiburg im Nuithonie , suisse allemandPrononciation: [frib̥ʊrɡ] ; italien : Friborgo ou Friburgo ; romanche : Fribourg ) est la capitale du canton suisse de Fribourg et du district de La Sarine. Il est situé sur les deux côtés de la rivière Saane / Sarine , sur le Plateau suisse , et est un important centre économique, administratif et éducatif à la frontière culturelle entre allemande Suisse et français ( Romandie ). Sa vieille ville, l’une des mieux entretenues de Suisse, est située sur une petite colline rocheuse au-dessus de la vallée de la Sarine.

Histoire

Préhistoire

La région autour de Fribourg a été colonisée depuis la période néolithique , bien que peu de restes aient été trouvés. Ceux-ci comprennent des outils en silex trouvés près de Bourguillon, ainsi qu’une hachette en pierre et des outils en bronze. Une traversée de la rivière était située dans la région à l’ époque romaine . Cependant, l’activité principale du plateau suisse contournait la zone au nord et était centrée sur la vallée de la Broye et de l’ Aventicum . Par conséquent, seuls quelques restes de l’époque romaine ont été trouvés à Fribourg. Ceux-ci incluent les traces d’une fondation de mur dans les plaines près de Pérolles. [3]

Moyen Age

Fribourg

La ville a été fondée en 1157 par Berchtold IV von Zähringen . Son nom est dérivé de l’allemand frei (gratuit) et Burg (fort). Sa partie la plus ancienne est idéalement située sur une ancienne presqu’île de la Sarine, protégée sur trois côtés par des falaises abruptes. La ville, facilement défendable, a aidé les ducs de Zähringen à renforcer et étendre leur puissance sur le plateau suisse, entre l’ Aar et la Sarine . [3]

Dès sa création, Fribourg construisit une ville-état; Au départ, la terre qu’il contrôlait était située à une certaine distance. Lorsque les ducs de Zähringen s’éteignirent en 1218, la ville fut transférée à la famille Kybourg . Ils ont accordé à la ville ses anciens privilèges et ont écrit les lois municipales dans le soi-disant Handfeste en 1249, dans lequel les organisations juridiques, institutionnelles et économiques ont été établies. Plusieurs traités avec les villes-États voisins, dont Avenches (1239), Berne (1243) et Morat (Morat) (1245), ont été signés à cette époque.

La ville a été vendue aux Habsbourg en 1277. Le commerce et l’industrie ont commencé dès le milieu du 13ème siècle. Au début, Fribourg se composait de quatre quartiers distincts: Burg, Au, La Neuveville et Spital. La ville se développa rapidement, ce qui entraîna sa première expansion: le district de Burg s’étendit vers l’ouest en 1224, une ville s’établit de l’autre côté de la rivière en 1254 et, en 1280, commença le développement près de la place Python. Ces expansions reflètent le boom économique de Fribourg. Le 14ème siècle a été dominé par le commerce et la production de tissu et de cuir qui a fait la renommée de la ville en 1370. En 1339, Fribourg a participé aux côtés des Habsbourg et du comté de Bourgogne à la bataille de Laupen contre Berne et ses environs.Alliés de la Confédération suisse .

Le traité avec Berne a été renouvelé en 1403. Les dirigeants de la ville ont commencé une acquisition territoriale, dans laquelle ils ont progressivement apporté plus de terres à proximité sous leur contrôle. Cela a posé les bases du canton de Fribourg. En 1442, la ville avait le contrôle de toutes les terres à environ 20 kilomètres (12 miles), des deux côtés de la Sarine. Il était donc directement contrôlé par les dirigeants de la ville, et non par une administration intermédiaire.

Le milieu du XVe siècle a été façonné par divers conflits militaires. Tout d’abord, des pertes considérables dans une guerre contre la Savoie ont dû être réparées. L’influence savoyarde sur la ville grandit, et les Habsbourgs la leur cédèrent en 1452. Elle resta sous le contrôle de la Savoie jusqu’à la guerre de Bourgogne en 1477. En tant qu’allié de Berne, Fribourg participa à la guerre contre Charles Ier de Bourgogne , apportant plus de terres sous son contrôle.

Après que la ville ait été libérée de la sphère d’influence de la Savoie, elle a atteint le statut de Ville impériale libre en 1478. La ville et son canton ont rejoint la Confédération suisse en 1481 et ont longtemps influencé le catholicisme suisse et européen . Au 16ème siècle, Fribourg continue de grandir, d’abord à la suite de l’invasion du Pays de Vaud en 1536 avec l’aide de Berne, puis en 1554 à travers l’annexion de terres anciennement contrôlées par le comte de Greyerz (Gruyère).

A partir du XIVe siècle, plusieurs grandes familles se développèrent à la suite du commerce du drap et du cuir: Gottrau, Lanthen, Affry, Diesbach (originaire de Berne), Von der Weid, Fegeli et Weck. Avec les nobles locaux (les familles Maggenberg, Düddingen / Velga, Montenach, Englisberg et Praroman), ils forment la classe patricienne du 15ème siècle . Cela a toutefois contribué au déclin du commerce de la toile, car les familles impliquées dans l’industrie ont commencé à se préoccuper davantage de gouverner la ville et ses possessions environnantes.

Un jalon important pour la politique de la ville a été atteint en 1627, quand les patriciens ont rédigé une nouvelle constitution, dans laquelle ils ont déclaré qu’ils étaient les seuls capables de gouverner la ville, et ont ainsi pris le contrôle de tous les droits de vote. Cela a consolidé l’ oligarchie qui avait commencé à se former dès le 15ème siècle. [3]

Importance des monastères et des églises à Fribourg

Les monastères de Fribourg ont toujours formé un centre de culture religieuse, qui comprend l’architecture, la sculpture et la peinture, et ont contribué à la culture de la ville. Le monastère franciscain a été donné par Jakob von Riggisberg en 1256. Dans les premiers temps, il a été étroitement associé au conseil municipal, parce qu’il a abrité les archives de la ville et son église de monastère a été utilisée pour des réunions de ville jusqu’en 1433.

De même, le monastère augustinien a été fondé au milieu du XIIIe siècle et a longtemps bénéficié du soutien de la noble famille Velga. De plus, l’ abbaye de Maigrauge existe depuis 1255 et appartient aux cisterciens depuis 1262. Une institution importante était l’hôpital public, ouvert au milieu du XIIIe siècle, qui offrait des services aux pauvres. [3]

Pendant la Réforme , Fribourg reste catholique, bien qu’il soit presque entouré par le protestant Berne. Cela a conduit à des conflits répétés sur la religion dans les régions frontalières et dans les zones contrôlées conjointement par Fribourg et Berne. La ville était un centre important de la Contre-Réforme . À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, de nouveaux monastères furent établis dans la ville, notamment un monastère capucin (1608), un autre à Bisemberg (1621), un monastère des Ursulines (1634) et un monastère Visitandin ( 1635). Le monastère le plus influent, cependant, était celui des jésuites, qui a contribué dans une large mesure à l’avancement et à la prospérité de la ville. Il a établi le Collège de Saint Michael en 1582, dont la faculté théologique a formé la base de l’ Université de Fribourg . Le concept d’une presse objective a également été lancé par les jésuites. [3]

En 1613, Fribourg devint le siège de l’évêque de Lausanne, qui, après la Réforme, fut d’abord forcé à Evian , puis exilé en Bourgogne. Aujourd’hui, c’est le siège du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg . [3]

1780-1809

Le régime patricien fort, composé de pas plus de 60 familles, a rempli tous les postes influents dans la ville et a dominé toutes les arènes politiques, sociales, économiques et culturelles de Fribourg. À plusieurs reprises, des citoyens mécontents se sont unis pour tenter une révolte, y compris en 1781 sous la direction de Pierre-Nicolas Chenaux. Ces révoltes ont été réprimées avec l’aide des troupes bernoises et bernoises. L’invasion de la Suisse par les troupes françaises en 1798 conduit à la chute de l’ Ancien Régime . Fribourg a capitulé devant les Français le 2 mars et renoncé à la direction de ses terres. Cela a libéré la voie pour les premières élections municipales, dans lesquelles Jean de Montenach a été élu le premier maire. Avec l’introduction de la Loi sur la médiation sous Napoléonen 1803, la séparation de la ville de Fribourg de son canton a finalement été réalisée. Fribourg devint la capitale de sa région et de son canton et, de 1803 à 1809, elle fut l’une des capitales de la Suisse. [3]

Sonderbund

Les patriciens ont repris le contrôle de la ville en 1814 pendant la période de la Restauration. Ils ont régné jusqu’en 1830. Son leadership a été suivi par une nouvelle constitution plus libérale. Fribourg faisait partie du Sonderbund 1845-1847 , une «alliance séparée» des cantons catholiques qui tentaient de se séparer de la Suisse. Fribourg et le Sonderbund ont capitulé devant les forces fédéralistes sous le commandement du général Dufour le 14 novembre 1847, ce qui équivalait à une guerre civile suisse brève et presque sans effusion de sang. Depuis 1848, la nouvelle constitution nationale et l’amendement à la constitution cantonale garantissent à chaque citoyen le droit de vote.

Les temps modernes

La fin du 19ème et le 20ème siècle ont apporté des changements radicaux à la culture et à la nature physique de la ville. En 1848, le mur de la ville fut partiellement démoli et un nouveau pont fut construit à travers la Sarine / La Sarine. L’ouverture de la ligne de chemin de fer Midland à travers la ville en 1862 a conduit au développement d’un «quartier de la gare» de la ville. L’amélioration du transport a permis à Fribourg de se industrialiser . Le centre-ville est passé de la vieille ville au nouveau quartier de la gare. Des zones étendues à Pérolles, Beauregard et Vignettaz ont été développées avec l’industrie ou les maisons autour de 1900. L’inauguration de l’université en 1889 était un événement important à Fribourg. Un autre avantage économique pour la ville était l’ouverture de l’autoroute A12 à proximité.

Géographie

Topographie

Fribourg a une altitude de 581 mètres (1 906 pieds) (dans la vieille ville), et est situé à 28 kilomètres (17 mi) au sud-ouest de Berne. Il est situé sur le plateau suisse et s’étend de part et d’autre de la Sarine qui, dans les environs de Fribourg, a creusé profondément dans la molasse . La vieille ville est située sur une colline, seulement environ 100 mètres (330 pi) de large, qui s’élève à environ 40 mètres (130 pi) au-dessus du fond de la vallée. La plupart des quartiers de la ville sont situés sur le haut plateau et les collines environnantes, qui ont une altitude moyenne de 620 mètres (2030 pieds). Le fond de la vallée est seulement installé dans la zone immédiatement autour de la vieille ville.

Fribourg a une superficie de 9,3 kilomètres carrés (3,6 miles carrés) en 2009 . Sur cette superficie, 1,25 km 2 (0,48 sq mi) ou 13,4% est utilisé à des fins agricoles, tandis que 1,58 km 2 (0,61 sq mi) ou 17,0% est boisé. Sur le reste du territoire, 5,89 km 2 (2,27 milles carrés) ou 63,3% sont installés (bâtiments ou routes), 0,53 km 2 (0.20 miles carrés) ou 5,7% sont des rivières ou des lacs et 0,07 km 2 (17 acres) ou 0,8% est une terre improductive. [4]

Parmi les zones bâties, les bâtiments industriels représentaient 4,5% de la superficie totale alors que les logements et les bâtiments constituaient 34,5% et les infrastructures de transport 15,2%. Les infrastructures d’énergie et d’eau ainsi que d’autres zones spécialement aménagées représentaient 1,6% de la superficie alors que les parcs, les ceintures vertes et les terrains de sport représentaient 7,5%. Sur les terres boisées, 14,4% de la superficie totale est fortement boisée et 2,6% sont couverts de vergers ou de petits groupes d’arbres. Sur les terres agricoles, 6,9% sont utilisés pour les cultures et 6,0% sont des pâturages. De l’eau dans la municipalité, 1,7% est dans les lacs et 4,0% dans les rivières et les ruisseaux. [4]

La zone de la commune, qui est relativement petite pour une ville, couvre une zone de Molasse dans la partie centrale du canton de Fribourg . La région est traversée du sud au nord par la Saane / La Sarine, qui a érodé une vallée, à certains endroits, jusqu’à une profondeur de 100 mètres (330 pieds) sous le plateau environnant. En général, le fond de la vallée est entre 200 et 500 mètres (660 et 1 640 pieds) de large. Le lac de Pérolles , formé comme réservoir par le barrage de Maigrauge , le premier barrage-poids en Europe, en 1872, est situé au sud de la ville. La tête du Schiffenenseeest situé à seulement 1 kilomètre (0.62 mi) au nord de la ville. À ces deux lacs artificiels, La Sarine couvre presque tout le fond de la vallée.

Les collines sont flanquées des deux côtés par des pentes abruptes, en grande partie boisées. À l’est, la commune remonte les pentes du mont Schönberg qui, avec une altitude de 702 mètres, est le point culminant de Fribourg. La rivière Galtera, également creusée profondément dans le plateau, coule entre la montagne et la rivière, se vidant dans la Sarine / La Sarine près de la Vieille Ville.

L’ancien village de Bourguillon se trouve dans la municipalité. Fribourg borde Düdingen et Tafers à l’est, Pierrafortscha au sud-est, Marly au sud, Villars-sur-Glâne et Givisiez à l’ouest et Granges-Paccot au nord.

Climat

[ hide ]Données climatiques pour Fribourg / Posieux (1981-2010)
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Août Sep Oct Nov Déc An
Moyenne haute ° C (° F) 3,7
(38,7)
5,4
(41,7)
9,9
(49,8)
13,6
(56,5)
18,5
(65,3)
21,8
(71,2)
24,6
(76,3)
24,1
(75,4)
19,6
(67,3)
14,5
(58,1)
8,0
(46,4)
4,3
(39,7)
14,0
(57,2)
Moyenne journalière ° C (° F) -0,1
(31,8)
0,9
(33,6)
4,7
(40,5)
8,0
(46,4)
12,7
(54,9)
16,0
(60,8)
18,4
(65,1)
17,7
(63,9)
13,7
(56,7)
9,5
(49,1)
3,9
(39)
0,9
(33,6)
8,9
(48)
Moyenne basse ° C (° F) -3,2
(26,2)
-2,8
(27)
0,4
(32,7)
2,9
(37,2)
7,4
(45,3)
10,6
(51,1)
12,7
(54,9)
12,3
(54,1)
9,0
(48,2)
5,7
(42,3)
0,8
(33,4)
-1,9
(28,6)
4,5
(40,1)
Précipitation moyenne mm (pouces) 57
(2,24)
55
(2,17)
72
(2,83)
84
(3,31)
126
(4,96)
115
(4,53)
113
(4,45)
117
(4,61)
100
(3,94)
91
(3,58)
74
(2,91)
72
(2,83)
1,075
(42,32)
Chutes de neige moyennes cm (pouces) 13,7
(5,39)
16,2
(6,38)
11
(4.3)
2,4
(0,94)
0
(0)
0
(0)
0
(0)
0
(0)
0
(0)
0,2
(0,08)
6,4
(2,52)
12,8
(5,04)
62,7
(24,69)
Jours de précipitations moyens (≥ 1,0 mm) 10.2 9.5 10,6 10,7 13,4 11,4 10,6 10.5 8,9 10,4 10,6 10,3 127,1
Jours de neige moyens (≥ 1,0 cm) 3.8 4.1 2,5 0,9 0 0 0 0 0 0.1 1,5 3.1 16
Humidité relative moyenne (%) 86,7 81,6 75,2 72,5 72,8 71.5 68,5 72,4 78,1 84,3 86,2 86,9 78,1
Source: MétéoSuisse [5]

Politique

Blason

Le blason des armoiries municipales est d’ azur un château crénelé et dominé dextre issuant d’un demi annulet tout d’argent. [6]

Le canton et la capitale partagent le même nom mais ont des blasons différents .

Divisions administratives

Gouvernement

Le conseil municipal ( français : Conseil communal de la Ville de Fribourg , Allemagne : Gemeinderat ) constitue l’ exécutif du gouvernement de la ville de Fribourg et fonctionne comme une autorité collégiale . Il est composé de cinq conseillers ( Français : Conseiller communal / Conseillère communale , allemand : Gemeinderat / Gemeinderätin ), chacun préside une direction comprenant plusieurs départements et les commissions correspondantes. Le président du service exécutif agit à titre de maire ( syndic ). Au cours de la période du mandat 2016-2021 (la législature ) le conseil municipal est présidé par monsieur le syndic Pierre-Alain Clément . Les tâches départementales, les mesures de coordination et la mise en œuvre des lois décrétées par le Conseil général (parlement) sont assurées par le Conseil municipal. L’élection régulière du conseil municipal par tout habitant ayant le droit de vote a lieu tous les cinq ans. Tout résident de Fribourg autorisé à voter peut être élu membre du Conseil municipal. En raison de la constitution du canton de Fribourg, non seulement les citoyens suisses ont le droit de voter et d’être élus au niveau communal, mais aussi les étrangers avec un permis de séjour de type C et résident dans le canton de Fribourg depuis au moins 5 ans. [7]La période de mandat actuelle s’étend du 1er juin 2016 au 31 mai 2021. Les délégués sont sélectionnés au moyen d’un système de Proporz . Le maire est élu en tant que tel par une élection publique tandis que les chefs des autres directions sont désignés par le collège. L’organe exécutif tient ses réunions à l’ Hôtel de Ville , dans la vieille ville sur la place de l’Hôtel-de-Ville . [8]

En 2016, le Conseil municipal de Fribourg est composé de deux représentants du PS / SP ( Parti social-démocrate , dont l’un est également maire) et d’un PDC / CVP ( Parti chrétien démocrate ), PCS / CSP ( Christian Social Party ) et PLR / FDP ( Les Libéraux-Radicaux ), donnant aux partis de gauche une majorité de trois sièges sur cinq. Les dernières élections ont eu lieu le 28 février 2016. [9]

Le Conseil communalGemeinderat de Fribourg [8]
Conseiller municipal
Conseiller communal / Conseillère communale ,Gemeinderat / -rätin )
Fête Chef de la direction ( direction / Direktion , depuis) ​​de Élu depuis
Thierry Steiert [MC 1] PS administration générale et informatique ( Administration générale et Service de l’informatiqueAllgemeine Verwaltung und Informatik , 2016) 2011
Antoinette de Weck [MC 2] PLR écoles, affaires sociales et affaires de la société civile ( des Écoles, des Affaires sociales et des Affaires bourgeoisialesSchulen, Soziale Angelegenheiten und Burgergemeinde ,) 2011
Andrea Burgener Woeffray PS génie civil et bâtiment ( l’ÉdilitéBauten , 2016) 2016
Pierre-Olivier Nobs PCS police locale, transports, services industriels et sportifs ( Police locale, de la Mobilité, Services industriels et Service des SportsMobilier, Mobilitat, Industrielle Betriebe und Sport , 2016) 2016
Laurent Dietrich PDC services financiers et culturels ( Finances et Service culturelFinanzen und Kultur , 2016) 2016
  1. Aller en haut^ Maire (Français: Syndic ,Allemand: Ammann )
  2. Aller^ Vice-Maire (Français: Vice-Syndic ,Allemand: Vizeammann )

Parlement

Le Conseil généralGeneralrat de Fribourg pour la période du mandat 2016-2021

  PS / SP (37,5%)
  Les Verts / Grüne (PES / GPS) (10%)
  Centre gauche – PCS / CSP (6,3%)
  PVL / GLP (1,3%)
  des artistes (1.3%)
  PDC / CVP (18,8%)
  PLR / FDP (12,5%)
  UDC / SVP (11,3%)
  MLI (1,3%)

Le Conseil général ( français : Conseil général , allemand : Generalrat ), le parlement de la ville, détient le pouvoir législatif . Il est composé de 80 membres, avec des élections tenues tous les cinq ans. Le Conseil Général décrète les règlements et les règlements qui sont exécutés par le Conseil Municipal et l’administration. Les délégués sont sélectionnés au moyen d’un système de représentation proportionnelle .

Les sessions du Conseil général sont publiques. Contrairement aux membres du Conseil municipal, les membres du Conseil général ne sont pas des politiciens de profession, et ils sont payés en fonction de leur présence. Tout résident de Fribourg autorisé à voter peut être élu membre du Conseil général. En raison de la constitution du canton de Fribourg, non seulement les citoyens suisses ont le droit de voter et d’être élus au niveau communal, mais aussi les étrangers avec un permis de séjour de type C et résident dans le canton de Fribourg depuis au moins 5 ans. [7] Le Parlement tient ses réunions à la Grande salle de la Maison de Justice , dans la vieille ville, rue des Chanoines 1 . [dix]

La dernière élection ordinaire du Conseil général s’est tenue le 28 février 2016 pour la période du mandat ( la législature ) du 1er juin 2016 au 31 mai 2021. Actuellement, le Conseil général se compose de 30 membres du Parti social-démocrate (PS / SP) , 15 Parti populaire chrétien-démocrate (PDC / CVP) , 10 Libéraux (PLR / FDP) , 9 Parti populaire suisse (UDC / SVP) , 8 Parti vert (PSE / GPS) , 5 Centre Gauche (PCS / CSP) , et un chacun pour le Parti libéral vert (PVL / GLP) , le Mouvement libre et indépendant (MLI) et le Parti des artistes. [11]

Élections

Conseil national

Lors des élections fédérales de 2015 au Conseil national suisse, le parti le plus populaire était le PS / SP, qui a obtenu 36,3% des voix. Les quatre partis suivants les plus populaires étaient le PDC / CVP (22,5%), l’ UDC / SVP (13,8%), le Parti vert (9,8%) et le FDP / PLR (8,7%). Aux élections fédérales, 9 795 électeurs ont été exprimés et le taux de participation a été de 48,4%. [12]

Relations internationales

Cette section a besoin de citations supplémentaires pour vérification . S’il vous plaît, aidez à améliorer cet article en ajoutant des citations à des sources fiables . Le matériel d’Unsourced peut être défié et enlevé. (Novembre 2015) ( Apprenez comment et quand supprimer ce message de modèle )

Villes jumelles et villes jumelées

Fribourg est jumelée avec: citation nécessaire ]

  •  Rueil-Malmaison , Hauts-de-Seine , Île-de-France , France (depuis le 10 octobre 1992)
  •  Nova Friburgo , Rio de Janeiro , Brésil

Démographie

Population

Fribourg a une population (en décembre 2016 ) de 38.829. [2] En 2008 , 31,9% de la population sont des résidents étrangers. [13] Au cours des 10 dernières années (2000-2010), la population a changé à un taux de 8,3%. La migration représentait 8,1%, tandis que les naissances et les décès représentaient 0,9%. [14]

Fribourg est la plus grande ville du canton de Fribourg. La population de Fribourg a connu une forte croissance au début du XXe siècle, ainsi qu’entre 1930 et 1970. La population maximale de 42 000 habitants a été atteinte en 1974. Depuis lors, il y a eu une perte de population d’environ 14%, ce qui pourrait avoir récemment renversé.

La population de l’ agglomération autour de Fribourg est de 110 000, soit, en comptant seulement les banlieues les plus proches, 75 000 (2015). Cela inclut les communes d’Avry, de Belfaux, de Corminboeuf, de Givisiez, de Granges-Paccot, de Marly, de Matran et de Villars-sur-Glâne. Givisiez, Granges-Paccot, Villars-sur-Glâne, Marly, Corminboeuf , Belfaux , Grolley , et Düdingen (French Guin) et Tafers (French Tavel) sur la rive droite de la Sarine.

La croissance de l’agglomération autour de Fribourg a fusionné la ville proprement dite avec les villes voisines de Villars-sur-Glâne, Givisiez et Granges-Paccot. La ville de Klein-Schönberg, qui appartient à Tafers, et le village d’Uebewil, qui appartient à Düdingen, sont situés à l’extrémité est de la ville. Cette zone de peuplement a une population de 60 000 habitants (2015).

En 2008 , la population était de 48,8% d’hommes et 51,2% de femmes. La population était composée de 12.080 hommes suisses (31,8% de la population) et de 6.475 (17,0%) hommes non suisses. Il y avait 13 855 femmes suisses (36,4%) et 5 636 (14,8%) femmes non suisses. [15] Sur la population de la commune, 10 756 ou environ 30,3% sont nés à Fribourg et y ont vécu en 2000. 6 394 ou 18,0% sont nés dans le même canton, tandis que 7 164 ou 20,2% sont nés ailleurs en Suisse et 8 981 ou 25,3% sont nés en dehors de la Suisse. [16]

À partir de 2000 , les enfants et les adolescents (0-19 ans) représentent 19,3% de la population, alors que les adultes (20-64 ans) représentent 65,8% et les seniors (plus de 64 ans) 14,9%. [14]

En 2000 , il y avait 17 825 personnes célibataires et jamais mariées dans la municipalité. Il y avait 13 581 personnes mariées, 2 146 veuves ou veufs et 1 995 personnes divorcées. [16]

En 2000 , il y avait 15 839 ménages privés dans la municipalité et en moyenne 2 personnes par ménage. [14] Il y avait 7 342 ménages composés d’une seule personne et de 687 ménages comptant cinq personnes ou plus. En 2000 , 15 409 appartements (87,0% du total) étaient occupés en permanence, 1 757 appartements (9,9%) étaient occupés de manière saisonnière et 549 appartements (3,1%) étaient vides. [17] En 2009 , le taux de construction de nouvelles unités de logement était de 5,5 nouvelles unités par 1 000 résidents. [14]

En 2003, le prix moyen d’un appartement à Fribourg était de 1062,05 francs suisses (CHF) par mois (850 USD, 480 GBP, 680 EUR environ par rapport à 2003). Le taux moyen pour un appartement d’une pièce était 623.40 CHF (US $ 500, £ 280, € 400), un appartement de deux pièces était environ 792.47 CHF (US $ 630, £ 360, € 510), un appartement de trois pièces était environ 993.14 CHF (US $ 790, £ 450, € 640) et un appartement de six chambres ou plus coûtent en moyenne 1870.76 CHF (1500 $ US, £ 840, 1200 €). Le prix moyen d’un appartement à Fribourg était de 95,2% de la moyenne nationale de 1116 CHF. [18] Le taux d’inoccupation de la municipalité en 2010 était de 1,45%. [14]

Population historique

La population historique est donnée dans le tableau suivant: [3]

Données historiques sur la population [3]

Langues

La plupart de la population (à partir de 2000 ) parle le français (22.603 ou 63.6%) comme première langue, l’allemand est le deuxième plus commun (7.520 ou 21.2%) et l’italien est le troisième (1.359 ou 3.8%). Il y a 55 personnes qui parlent le romanche . [16] Fribourg, la ville et le canton, a deux langues officielles, et le français l’emporte sur l’allemand en tant que langue du gouvernement local et langue la plus parlée dans le discours public et les affaires du canton.

Fribourg a toujours été situé sur la frontière linguistique suisse, mais au moment de la fondation de la ville au 12ème siècle, l’allemand était la langue dominante. Bien que l’allemand fût la langue officielle de la ville jusqu’en 1800, le français devint graduellement plus influent. Cela a été facilité par l’industrialisation, qui a entraîné un afflux d’immigrants francophones. Depuis les changements politiques de la fin du 18ème siècle et du début du 19ème siècle, la population de langue allemande a été une minorité. Même en allemand, la ville est souvent appelée «Fribourg» au lieu de la «Freiburg» allemande standard , ce qui permet de la distinguer de Fribourg-en-Brisgau à la lisière de la Forêt Noire , en Allemagne . Une autre explication est que dans le localAlemannic allemand dialecte, la ville est appelée Fryburg ou Friburg (prononcé: [frib̥ʊrɡ]), dont le nom français « Fribourg » est probablement dérivé. [la citation nécessaire ]

Religion

From the 2000 census, 24,614 or 69.2% were Roman Catholic, while 2,763 or 7.8% belonged to the Swiss Reformed Church. Of the rest of the population, there were 443 members of an Orthodox church (or about 1.25% of the population), there were 13 individuals (or about 0.04% of the population) who belonged to the Christian Catholic Church, and there were 668 individuals (or about 1.88% of the population) who belonged to another Christian church. There were 62 individuals (or about 0.17% of the population) who were Jewish, and 1,676 (or about 4.71% of the population) who were Islamic. There were 161 individuals who were Buddhist, 71 individus qui étaient hindous et 43 individus qui appartenaient à une autre église. 2 843 (soit environ 8,00% de la population) n’appartenaient à aucune église, sont agnostiques ou athées , et 2 509 individus (soit environ 7,06% de la population) n’ont pas répondu à la question. [16]

La ville est restée catholique pendant la Réforme et est devenue depuis un centre de catholicisme. Il a un nombre supérieur à la moyenne d’églises et de monastères. Fribourg est le siège du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg depuis 1613. (Voir Sonderbund )

Économie

Développement du commerce et de l’économie

Plusieurs types d’industries se sont développés à Fribourg dès les XIIIe et XIVe siècles. L’extension de la ville le long de la rive est de la Sarine / La Sarine faite à cette époque était indicative d’une forte reprise économique. À Galterntal, l’énergie hydraulique a été utilisée pour diverses usines. Le long de la Saane, de nouveaux quartiers commerciaux se sont développés avec les villes de Au, Neustadt et Matten.

Les tanneries et les fabricants de tissus, renforcés par l’élevage extensif de moutons, ont conduit à un essor économique aux XIVe et XVe siècles. Cela a aidé Fribourg en faisant connaître ses métiers dans toute l’Europe centrale. Au cours de la seconde moitié du XVe siècle, la production de tissus a progressivement diminué, les agriculteurs locaux ayant remplacé leurs moutons par du bétail. Parmi les autres raisons de l’effondrement de l’industrie du drap au XVIe siècle, citons le fait que la corporation a refusé d’utiliser de nouveaux matériaux ou des styles modernes et que la structure sociale de la ville a changé avec la montée de la classe patricienne .

Après cette époque, Fribourg a été façonnée par le commerce de bas niveau et n’a pas été industrialisée avant d’être connectée au chemin de fer suisse à partir des années 1870. Après la construction du lac de Pérolles en 1872, l’énergie a pu être fournie au plateau au sud et à l’ouest de la ville. Ainsi, une zone industrielle s’y est développée, dominée dans ses premières années par une usine de wagons et une scierie. Plus tard, deux brasseries ont été établies dans cette zone. Une chocolaterie a été créée à Villârs-sur-Glâne en 1901, mais elle a été placée sous la juridiction de Fribourg en 1906 après un changement de frontière.

Au cours du 20ème siècle, le plateau est devenu la section industrielle de la ville. Le développement de nouvelles zones industrielles dans les municipalités voisines, à partir des années 1970, a permis une croissance économique continue.

La situation économique aujourd’hui

En 2010 , Fribourg affichait un taux de chômage de 4,9%. En 2008 , il y avait 18 personnes employées dans le secteur économique primaire et environ 5 entreprises dans ce secteur. 3 821 personnes étaient employées dans le secteur secondaire et il y avait 232 entreprises dans ce secteur. 21 614 personnes étaient employées dans le secteur tertiaire , avec 2 004 entreprises dans ce secteur. [14] Il y avait 17 207 résidents de la municipalité qui occupaient un certain emploi, dont 47,1% de la main-d’œuvre féminine.

En 2008, le nombre total d’ équivalents temps pleinles emplois étaient de 20 099. Le nombre d’emplois dans le secteur primaire était de 14, dont 4 dans l’agriculture, 8 dans la foresterie ou la production de bois d’œuvre et 1 dans la pêche ou la pêche. Le nombre d’emplois dans le secteur secondaire était de 3 530, dont 1 744 (49,4%) dans l’industrie manufacturière, 9 (0,3%) dans l’industrie minière et 1 455 (41,2%) dans la construction. Le nombre d’emplois dans le secteur tertiaire était de 16 555. Dans le secteur tertiaire; 2 633 ou 15,9% étaient dans la vente en gros ou au détail ou la réparation de véhicules automobiles, 993 ou 6,0% étaient dans le mouvement et le stockage de marchandises, 1 003 ou 6,1% dans un hôtel ou un restaurant, 568 ou 3,4% dans l’industrie de l’information , 957 ou 5,8% étaient l’assurance ou l’industrie financière, 1 535 ou 9,3% étaient des professionnels techniques ou des scientifiques, 3 273 ou 19,8% étaient dans l’éducation et 1 970 ou 11,9% étaient dans les soins de santé.[19]

Fribourg a plus d’emplois que de main-d’œuvre et est donc une grande destination de banlieue pour la zone agricole en grande partie. L’industrie locale comprend les produits alimentaires et de luxe, les boissons (les brasseries appartiennent à la firme danoise Carlsberg ), la construction métallique et mécanique, l’électronique et la technologie informatique.

Le plus grand nombre de travailleurs sont actifs dans les industries de services. Beaucoup d’entre eux travaillent dans des postes administratifs gouvernementaux. D’autres secteurs importants sont l’éducation (à l’université), les banques et les compagnies d’assurance, le tourisme et les restaurants, ainsi que les services de santé. Fribourg abrite les bureaux administratifs de plusieurs sociétés internationales. L’hôpital cantonal est à la frontière avec Villars-sur-Glâne.

En 2000 , 16 572 travailleurs ont fait la navette dans la municipalité et 6 505 ont fait la navette. La municipalité est un importateur net de travailleurs, avec environ 2,5 travailleurs qui entrent dans la municipalité pour chaque départ. [20] Sur la population active, 35% utilisaient les transports en commun pour se rendre au travail et 37,8% utilisaient une voiture privée. [14]

Education

Les écoles obligatoires et pré-universitaires sont disponibles en français et en allemand. L’Université est officiellement bilingue, ce qui signifie que les étudiants doivent avoir une connaissance passive des deux langues, même s’il est possible d’obtenir un diplôme exclusivement dans l’une ou l’autre langue, ou les deux. Il est également réputé à l’étranger pour ses études juridiques et théologiques.

L’ école internationale Villa St. Jean était également située à Fribourg.

  • Université de Fribourg
  • Université des Sciences Appliquées Fribourg : offre l’enseignement supérieur appliqué dans les disciplines techniques et de gestion. Partie de UAS Suisse occidentale / HES-SO.
  • Ecole de multimédia et d’art de Fribourg : l’ école de multimédia et d’art , Fribourg, est une école professionnelle sur la communication, l’image et la technique des nouveaux médias.

Fribourg abrite 5 bibliothèques. Ces bibliothèques comprennent; le BCU Fribourg, la Deutsche Bibliothek Fribourg , la Bibliothèque de la Ville , la Haute école de santé de Fribourg et l’ Ecole d’ingénieurs et d’architectes (EIA-FR) . Au total, 3 531 605 livres ou autres médias ont été réunis (en 2008 ) dans les bibliothèques, et la même année, 611 405 articles ont été prêtés. [21]

À Fribourg, environ 11 649 (32,8%) de la population ont achevé un enseignement secondaire supérieur facultatif et 5 671 (soit 16,0%) ont achevé un enseignement supérieur complémentaire ( université ou Fachhochschule ). Sur les 5 671 diplômés de l’enseignement supérieur, 47,7% étaient des hommes suisses, 31,2% étaient des femmes suisses, 12,4% des hommes non suisses et 8,7% des femmes non suisses. [16]

Le système scolaire du canton de Fribourg prévoit une année de jardin d’enfants non obligatoire , suivie de six années d’école primaire. Ceci est suivi par trois années d’école secondaire obligatoire où les étudiants sont séparés en fonction de leurs capacités et aptitudes. Après le premier cycle du secondaire, les élèves peuvent fréquenter une école secondaire supérieure optionnelle de trois ou quatre ans. L’école secondaire supérieure est divisée en gymnase(préparatoire universitaire) et en programmes professionnels. Après avoir terminé le programme du deuxième cycle du secondaire, les élèves peuvent choisir de fréquenter une école tertiaire ou de poursuivre leur apprentissage . [22]

Au cours de l’année scolaire 2010-11, 14 170 élèves ont participé à 974 cours à Fribourg. Au total, 4 966 élèves de la municipalité ont fréquenté une école, que ce soit dans la municipalité ou à l’extérieur. Il y avait 25 classes de maternelle avec un total de 385 étudiants dans la municipalité. La municipalité comptait 117 classes primaires et 2 037 élèves. Au cours de la même année, il y avait 117 classes du premier cycle du secondaire totalisant 2 313 élèves. Il y avait 470 classes de deuxième cycle du secondaire et 186 classes du deuxième cycle du secondaire, avec 4 012 élèves du secondaire et 4 840 élèves du secondaire. La municipalité comptait 46 classes tertiaires spécialisées et 13 classes tertiaires non universitaires, avec 273 étudiants du troisième cycle non universitaire et 310 étudiants tertiaires spécialisés. [15]Avec sa grande diversité de langues et d’offres de cours, l’ Université de Fribourg est une destination populaire pour les étudiants inscrits à leur programme Erasmus .

En 2000 , à Fribourg, 8 234 élèves venaient d’une autre municipalité, tandis que 305 résidants fréquentaient des écoles situées à l’extérieur de la municipalité. [20]

Transport

Fribourg est le centre de transport le plus important du canton de Fribourg.

Routes

La ville se trouve sur l’ancienne route principale de Berne à Vevey et sert de point d’accès à Payerne , Morat et Thoune . La liaison avec le réseau autoroutier suisse a été établie en 1971 avec l’ouverture de l’ autoroute A12 de Berne à Matran , qui a été étendue en 1981 à Vevey. L’est-ouest suisse A1 de l’ouest de Berne contourne la ville au nord et à l’ouest, affectant seulement les communautés de Tälchen et de Chamblioux. Les points d’accès de Fribourg-Sud et de Fribourg-Nord sont à environ 3 km du centre-ville.

Chemin de fer

Initialement, la ligne de chemin de fer de Berne à Fribourg a été inaugurée le 2 juillet 1860 avec un terminal temporaire à Balliswil à environ 4 km au nord de la ville, comme le viaduc de Grandfey sur la vallée de la Sarine. n’était pas encore fini. Le 4 septembre 1862, toute la ligne de Balliswil à Lausanne via Fribourg est ouverte, avec une gare temporaire à la gare de Fribourg, jusqu’à l’ouverture du bâtiment permanent en 1873. Une ligne vers Payerne est ouverte le 25 août 1876 et vers Morat le 23 Août 1898.

Transports publics

Un funiculaire a été exploité depuis le quartier de la Neuveville jusqu’à la ville haute depuis 1899 par les égouts. Le funiculaire de Fribourg est l’un des rares funiculaires alimentés à l’eau du monde et le seul alimenté par des eaux usées. La station supérieure est située à la station d’épuration qui pompe l’eau d’égout dans la voiture descendante, ce qui le rend plus lourd que la voiture ascendante. Les eaux usées sont libérées au fond. [23]

De 1897 à 1965, à Fribourg, un réseau de tramways de 6 kilomètres (3.7 mi) a été mis en service, les trams ayant été remplacés à partir de 1949 par le système des trolleybus de Fribourg . Le réseau de bus actuel est maintenant exploité par les Transports publics fribourgeois , avec des connexions à Bulle, Avenches, Schmitten, Schwarzenburg et dans la région touristique de Schwarzsee .

Aéroport

L’ aéroport régional de Berne-Belp est à une heure de route de la région. [24]

Culture et tourisme

Fribourg est une destination de jour pour les touristes qui veulent visiter les sites touristiques de la ville. Ceux-ci incluent la vieille ville historique avec sa cathédrale gothique de Saint-Nicolasrenommée pour ses vitraux conçus par Józef Mehoffer , et les musées. Le musée d’histoire naturelle a été fondé en 1873 et se trouve maintenant dans le bâtiment des sciences naturelles de l’université. Le Musée d’Art et d’Histoire, situé dans le Ratzéhof depuis 1920, présente des expositions sur l’histoire ancienne et ancienne, des sculptures et des peintures, des figurines traditionnelles en étain, des objets d’art et d’artisanat, ainsi que des collections graphiques et monétaires. Dans la cathédrale, une salle du trésor est exposée depuis 1992. Parmi les autres musées figurent le Musée suisse des Marionnettes, le Musée suisse des machines à coudre, le Musée Gutenberg,Musée de la Bible et de l’Orient et un musée de la bière.

Les expériences culturelles incluent le festival de la musique religieuse, la convention internationale du folklore, le défilé de jazz, un festival international du film et Cinéplus (depuis 1972).

Comme sa ville jumelle Berne, Fribourg a conservé son centre médiéval dans son ensemble qui est aujourd’hui l’un des plus grands d’Europe. Il est situé sur une péninsule spectaculaire, entourée sur trois côtés par la Sarine / La Sarine. L’architecture de la vieille ville date principalement de la période gothique ; il a été construit principalement avant le 16ème siècle. La plupart des maisons sont construites en pierre de molasse locale. Composée des quartiers Bourg, Auge et Neuveville, sa vieille ville est riche en fontaines et églises datant du 12ème siècle jusqu’au 17ème siècle. Sa cathédrale , d’une hauteur de 76 mètres, a été construite entre 1283 et 1490. Les fortifications de Fribourg forment l’architecture militaire médiévale la plus importante de Suisse: 2 kilomètres deremparts , 14 tours et un grand rempart . Les protections sont particulièrement bien conservées à l’est et au sud de la ville.

Sites du patrimoine d’importance nationale

Fribourg abrite 67 bâtiments ou sites classés au patrimoine suisse d’importance nationale . [25]

  • Bâtiments religieux: Cistercien Maigrauge Abbaye avec Bibliothèque, l’ancien couvent des Augustins , Ancien commanderie de Saint-Jean, Notre-Dame Basilique , Saint-Nicolas et Trésor Cathédrale , Centre paroissial du Christe-Roi, Chapelle de Lorette, Chapelle Saint-Barthélemy et Chapelle de Pérolles, Couvent des Capucins, Couvent des Cordeliers, Couvent des Ursulines, Église de Saint-Pierre, Monastère de la Visitation et Monastère des Capucines de Montorge
  • Bâtiments séculaires: Ancien Hôtel des Postes et Télégraphes, Centrale énergétique de la Maigrauge, Cercle de la Grande Société, Chancellerie de l’Etat, Château de Poya , Cure de la rue de la Lenda 1, Usine de la société Chocolats Villars, Fortifications, Funiculaire Neuveville-Saint-Pierre, Hôpital des Bourgeois, Hôtel de Ville, Immeuble de rapport Sallin, Les Arcades, Piscine Motta et Vieille Village
  • Maisons et bâtiments privés: Auberge de la Cigogne, Maison à Rue de la Neuveville 48, Maison à Rue d’Or 7, Maison à Rue d’Or 13, Maison d’Alt à Place de l’Hôtel-de-Ville 1, Maison de Castella, Maison de Fégely-d’Estavayer dite Vicarino, Maison de François-Prosper de Castella, Maison de Gottrau dite Les Tornalettes, Maison de Jean-François d’Ammann de Macconens, Maison de Lanthen-Heid, Maison de Reyff, Maison de Reyff de Cugy, Maison de Techtermann, Maison de Nicolas Kuenlin, Maison des tanneurs Reyff, Maison Fégely (?) Dite tannerie Deillon et Villa Mayer
  • Écoles: Collège Saint-Michel, Université Miséricorde
  • Archives, bibliothèques et musées: Archives de l’État de Fribourg, Archives de la Ville de Fribourg, Bibliothèque cantonale et universitaire, Grenier de Derrière-Notre-Dame et Musée Gutenberg, Musée suisse des arts graphiques, Grenier de la Planche et Hôtel Ratzé et Musée d’art et d’histoire
  • Fontaines: Fontaine de la Fidélité, Fontaine de la Force, Fontaine de la Samaritaine, Fontaine de la Vaillance, Fontaine de Sainte-Anne, Fontaine de Saint-Georges, Fontaine de Saint-Jean, Fontaine de Samson et Fontaine de Jo Siffert
  • Ponts: Pont de Berne, Pont de Saint-Jean, Pont du Gottéron et Pont du Milieu
  • Abbaye cistercienne de Maigrauge avec bibliothèque

  • Ancien couvent des Augustins

  • Ancien Hôtel des Postes et Télégraphes

  • Ancienne Commanderiede Saint-Jean

  • Archives de l’Etat de Fribourg

  • Archives de la Ville de Fribourg

  • Auberge de la Cigogne

  • Notre-Dame Basilique

  • Bibliothèque cantonale et universitaire

  • Cathédrale Saint-Nicolas et Trésor

  • Centrale énergétique de la Maigrauge

  • Centre paroissial du Christe-Roi

  • Cercle de la Grande Société

  • Chancellerie de l’Etat

  • Chapelle de Lorette

  • Chapelle Saint-Barthélemy et Chapelle de Pérolles

  • Château de Poya
  • Collège Saint-Michel

  • Couvent des Capucins
  • Couvent des Cordeliers

  • Couvent des Ursulines

  • Cure chez Rue de la Lenda 1

  • Église de Saint-Pierre

  • Complexe d’usine de la société Chocolats Villars

  • Fontaine de la Fidélité

  • Fontaine de la Force

  • Fontaine de la Samaritaine

  • Fontaine de la Vaillance

  • Fontaine de Sainte-Anne

  • Fontaine de Saint-Georges

  • Fontaine de Saint-Jean

  • Fontaine de Samson

  • Fontaine de Jo Siffert

  • Fortifications

  • Funiculaire Neuveville-Saint-Pierre

  • Grenier de Derrière-Notre-Dame et Musée Gutenberg, Musée suisse des arts graphiques

  • Grenier de la Planche

  • Maison à Rue de la Neuveville 48

  • Maison à Rue d’Or 7

  • Hôpital des Bourgeois

  • Hôtel de Ville

  • Hôtel Ratzé et Musée d’art et d’histoire

  • Immeuble de rapport Sallin

  • Les Arcades

  • Maison à Rue d’Or 13

  • Maison d’Alt à la Place de l’Hôtel-de-Ville 1

  • Maison de Castella

  • Maison de Fégely-d’Estavayer dite Vicarino

  • Maison de François-Prosper de Castella

  • Maison de Gottrau dite Les Tornalettes

  • Maison de Jean-François d’Ammann de Macconens

  • Maison de Lanthen-Heid

  • Maison de Reyff

  • Maison de Reyff de Cugy

  • Maison de Techtermann

  • Maison de Nicolas Kuenlin

  • Maison des tanneurs Reyff

  • Maison Fégely (?) Dite tannerie Deillon

  • Monastère de la Visitation

  • Monastère des Capucines de Montorge

  • Piscine de la Motta

  • Pont de Bern

  • Pont de Saint-Jean

  • Pont du Gottéron

  • Pont du Milieu

  • Université Miséricorde

  • Vieille Ville

  • Villa Mayer

Sports

Le club de sport le plus populaire dans la ville est le hockey sur glace club HC-Gottéron Fribourg , qui joue dans la Ligue nationale (NL). Leur arène à domicile est la BCF Arena de 6 500 places . Créé en 1937, il n’a jamais remporté de championnat suisse, mais a été vice-champion à quatre reprises.

Basketball est joué par Fribourg Olympic , qui joue ses matchs à domicile au gymnase de 3500 places du collège Holy Cross. Le club a été couronné de succès, remportant 13 championnats (1966, ’71, ’73, ’74, ’78, ’79, ’81, ’82, ’85, ’91, ’91, ’92, ’98, ’99 et 2007) , six Coupes de Suisse (1967, ’76, ’78, ’97, ’98 et 2007) et une Coupe de la Ligue en 2007.

Le club de football FC Fribourg joue dans la Swiss 1st League, le troisième niveau du football suisse.

Depuis 1933, le premier dimanche d’octobre, la course de Morat entre Morat-Fribourg a lieu. Commémorant la Bataille de Morat , la route de 17 miles (27 km) est l’une des pistes les plus populaires de Suisse.

Fribourgeois célèbres

  • David Aebischer , ancien gardien de but de la Ligue nationale de hockey
  • Louis Agassiz , zoologiste pionnier [26]
  • Jean Jacques Joseph d’Alt , officier suisse et administrateur
  • Johannes Bapst , SJ, président du Boston College de 1863-1869
  • Daniel Vasella , président de la société pharmaceutique suisse Novartis
  • Alain Berset , homme politique et membre du Conseil fédéral suisse
  • Jean Bourgknecht , homme politique
  • Petrus Canisius , saint
  • Joseph Deiss , homme politique
  • Hans Fries , peintre
  • Frank Melloul , fonctionnaire français, personnalité de la télévision et PDG de i24news
  • Hans Gieng , sculpteur
  • Volkan Oezdemir , artiste martial mixte [27]
  • Léon Savary , écrivain et journaliste
  • Jo Siffert , pilote de F1
  • Jean Tinguely , peintre et sculpteur
  • The Young Gods , groupe de rock industriel
  • Frida Lyngstad , chanteuse du groupe pop suédois ABBA , vit aujourd’hui près de Fribourg

Voir aussi

  • Liste des maires de Fribourg
  • Langue franco-provençale
  • École internationale Villa St. Jean
  • Nova Friburgo , Brésil
  • Sonderbund

Références

  1. Aller vers le haut^ Arealstatistik Standard – Gemeindedaten nach 4 Hauptbereichen
  2. ^ Aller à:b Office fédéral de la statistique – STAT-TAB , base de données en ligne – Ständige und nichtständige Wohnbevölkerung nach institutionellen Gliederungen, Geburtsort und Staatsangehörigkeit (en allemand) consulté le 30 août 2017
  3. ^ Aller à:i Fribourg en allemand , français et italien dans le ligne Dictionnaire historique de la Suisse .
  4. ^ Aller à:b Office fédéral de la statistique – Statistiques sur l’utilisation des sols2009 (en allemand) consulté le 25 mars 2010
  5. Jump up^ “Les normales climatiques Fribourg / Posieux (Période de référence 1981-2010)” (PDF) (PDF). Office fédéral suisse de météorologie et de climatologie, MétéoSuisse. 2 juillet 2014 . Récupéré le 2015-04-14 .
  6. Jump up^ Drapeaux du Monde.comaccédé le 1 décembre 2011
  7. ^ Aller à:b “Chapitre Premier: Dispositions générales, Art 2A”. Loi du 6 avril 2001 sur l’exercice des droits politiques (LEDP) (PDF) (site officiel). Fribourg, Suisse: Etat de Fribourg. 6 avril 2001 . Récupéré le 2015-11-13 .
  8. ^ Aller à:un b “Conseil communal de la Ville de Fribourg” (site officiel) (en français). Fribourg, Suisse: Ville de Fribourg. 20 septembre 2015 . Récupéré le 2016-11-17 .
  9. Jump up^ “Election du Conseil communal du 28 février 2016” (en français et en allemand). Fribourg, Suisse: Etat de Fribourg. 28 février 2016 . Récupéré le 2016-11-17 .
  10. Jump up^ “Conseil général” (site officiel). Fribourg, Suisse: Secrétariat du Conseil général. 26 octobre 2015 . Récupéré le 2015-11-13 .
  11. Aller en haut^ “Ville de Fribourg Prop. Statistique répartition des siéges et pourcentage de la commune” (PDF) (site officiel) (en français et en allemand). Fribourg, Suisse: Etat de Fribourg . Récupéré le 2016-04-10 .
  12. Aller^ ^ “Nationalratswahlen 2015: Stärke der Parteien und Wahlbeteiligung nach Gemeinden” (statistiques officielles) (en allemand et en français). Neuchâtel, Suisse: Office fédéral de la statistique. 4 mars 2016. Archivé del’original (XLS) le 2 août 2016 . Récupéré le 2016-08-03 .
  13. Jump up^ Office fédéral de la statistique – Base de données Superweb – Gemeinde Statistiques 1981-2008 Archivé le28 juin 2010 à laWayback Machine. (en allemand)consulté le 19 juin 2010
  14. ^ Aller à:g Office fédéral de la statistique Archivé le 5 janvier 2016 à la Wayback Machine . consulté le 1er décembre 2011
  15. ^ Aller à:un b Canton de Fribourg Statistiques (en allemand) consulté le 3 Novembre 2011
  16. ^ Aller à:e STAT-TAB Datenwürfel für Thema 40.3 – 2000 Archivé le 9 avril 2014 à la Wayback Machine . (en allemand) consulté le 2 février 2011
  17. Jump up^ Office fédéral de la statistique STAT-TAB – Datenwürfel für Thema 09.2 – Gebäude und Wohnungen Archivé le7 septembre 2014 à laWayback Machine. (en allemand)consulté le 28 janvier 2011
  18. Jump up^ Office fédéral de la statistique – Prix de location2003(en allemand)consulté le 26 mai 2010
  19. Jump up^ Office fédéral de la statistique STAT-TAB Betriebszählung: Arbeitsstätten nach Gemeinde und NOGA 2008 (Abschnitte), Sektoren 1-3 Archivé le25 décembre 2014 à laWayback Machine. (en allemand)consulté le 28 janvier 2011
  20. ^ Aller à:b Office fédéral de la statistique – Statweb Archivé le 4 août 2012 sur Archive.is (en allemand) consulté le 24 juin 2010
  21. Jump up^ Office fédéral de la statistique, liste des bibliothèques (en allemand)consulté le 14 mai 2010
  22. Jump up^ Graphique du système éducatif dans le canton de Fribourg (en allemand)
  23. Aller^ Kirk, Mimi (16 juin 2016). “Une éternité: le funiculaire à Fribourg” .The Atlantic. Récupéré le 19 juin 2016 .
  24. Aller^ ^ “Accès de Fribourg” . fribourgtourisme.ch . Récupéré le 2008-07-19 .
  25. Aller^ ^ “Kantonsliste A-Objekte” . KGS Inventar (en allemand). Office fédéral de la protection de la population. 2009. Archivé de l’original le 28 juin 2010. Récupéré le 25 avril 2011 .
  26. Jump up^ Qui était qui en Amérique, Volume historique, 1607-1896 . Marquis Qui est qui. 1967
  27. Aller au profil ^ UFCconsulté le 31 mai 2017

Leave a Reply

Your email address will not be published.